Jean-Paul Eid : S’asseoir sur son steak

À propos du bédéiste

Œuvrant dans le domaine de la BD depuis 1985, Jean‑Paul Eid collabore au légendaire magazine Croc pendant 10 ans, où il se fait connaître à travers Les aventures de Jérôme Bigras, surréaliste banlieusard flanqué de Rex, sa fidèle tondeuse à gazon. Pages à lire par transparence, scénarios interactifs, pages miroir... Une œuvre qui fera l’objet d’une anthologie au titre évocateur, Des tondeuses et des hommes. Bigras réapparaît dans une ultime aventure, Le fond du trou (Grand prix de la Ville de Québec et Prix spécial du jury Bédélys 2012), un album perforé dont le trou permet aux personnages de traverser physiquement le récit, comme s’ils voyageaient dans le temps.

Entretemps, Eid publie en 1999 avec le dramaturge Claude Paiement le diptyque de science-fiction Le Naufragé de Memoria (Bédéïs Causa 2000 et 2004 et prix Bédélys Québec 2004), réédité à La Pastèque en un seul volume sous le titre Memoria.  Le tandem récidive en 2016 avec La femme aux cartes postales, un ambitieux roman graphique évoquant avec nostalgie l’époque des clubs de jazz du Montréal des années 50 (prix ACBD de la meilleure BD québécoise et Grand prix de la Ville de Québec 2017).

En 2021 sort Le petit astronaute, son œuvre la plus personnelle, qui évoque avec tendresse et bienveillance l’histoire de Tom, un petit garçon né avec une paralysie cérébrale.

Jean‑Paul Eid mène parallèlement une carrière d’illustrateur et, depuis 2016, il participe à titre de chroniqueur BD à l’émission de radio Plus on est de fous plus on lit!

Jean-Paul Eid
Photo : Éric Lajeunesse

Jean-Paul Eid : S'asseoir sur son steak

Définition de l’expression

S’asseoir sur son steak

Ne rien faire, ne pas faire d’effort, refuser d’agir.

La langue par la bande

Par l’entremise du projet La langue par la bande, le Trésor de la langue française au Québec a rassemblé une vingtaine d’artistes de la bande dessinée d’ici afin de mettre en valeur l’inventivité du français québécois.

C’est avec brio que nos bédéistes ont relevé l’audacieux défi d’illustrer des expressions et locutions quotidiennes tirées du Dictionnaire historique du français québécois. Parfois poétique et souvent humoristique, le regard de chaque artiste révèle à la fois une dimension culturelle et une interprétation toute personnelle de notre langue imagée.

À travers la planche ou la bande, les sens littéral et figuré s’entremêlent parfois jusqu’à attribuer une nouvelle interprétation, toute personnelle, des expressions mises en images.

Pour redécouvrir avec plaisir des québécismes familiers, entrez dans l’imaginaire ludique de ces incontournables du neuvième art québécois et laissez-vous charmer par leurs œuvres inspirées de la langue!